Orientations pour LTC



Orientations pour les élections communautaires
Lannion Trégor Communauté

Pour la première fois en mars 2014, les citoyens pourront élire leurs conseillers communautaires. Ces conseillers représenteront leur commune et ses intérêts à Lannion Trégor Communauté et mettront en place un projet pour l’ensemble du territoire.
Cette première élection est donc une formidable occasion de parler de l’agglomération et une opportunité de bâtir un projet. 

L’intercommunalité est indispensable : elle permet une mutualisation des moyens (transports en commun, ramassage des déchets…) et le financement de projets grâce à ses ressources propres (126M€ de budget, contre 35M€ à Lannion, ou 3,5M€ à Trédrez-Locquémeau par exemple).
L’agglomération a ses propres compétences (développement économique, aménagement…), c'est-à-dire des domaines d’interventions qui lui sont réservés, sur lesquels les communes n’interviennent plus : il est donc nécessaire que chaque candidat présente ces orientations pour l’agglomération.

Depuis le 1er  janvier, nous vivons dans une nouvelle intercommunalité regroupant 29 communes : c’est un territoire très divers, à la fois rural, littoral, urbain et cette diversité exige que l’on travaille à sa cohésion. Ce sont les politiques qu’on mettra en place qui donneront aux habitants de ce territoire le sentiment d’appartenance à une même communauté.

Les projets phares actuellement portés par l’exécutif de l’agglomération (rocade Sud, parc des expositions) mobiliseraient une grande part de l’investissement. L’opportunité de ces projets n’est pas avérée et ceux-ci ne répondent pas aux enjeux actuels du développement économique et social du territoire.
L’agglomération doit définir un projet de territoire pour les décennies à venir en concertation avec les citoyens.
Nous proposons des axes forts autour de l’emploi, de l’aménagement et de la solidarité :

AXE 1 : UN TRÉGOR INNOVANT, POUR L’EMPLOI

Dans un contexte de mutations économiques profondes, il nous semble important de chercher à tirer parti de tous les atouts de notre territoire : nous bénéficions d’un tissu d’entreprises hautement qualifiées, d’une forte cohésion sociale dans un environnement naturel exceptionnel.
Travailler au maintien des emplois et la création de nouveaux emplois doit se faire en mobilisant tous les potentiels : industriels et technologiques – notamment à Pégase et Phoenix –  touristique – la Côte de Granit Rose le fait aujourd’hui, le label Géoparc de l’UNESCO permettrait de le pérenniser demain – mais aussi agricole ou maritime.

La diminution des ressources énergétiques est l’occasion de créer de nouvelles activités porteuses de nombreux emplois : la rénovation massive des bâtiments, qu’ils soient publics ou privés, générera de nombreux chantiers pour les artisans du territoire.

AXE 2 : UN TRÉGOR RESPONSABLE DE SON URBANISATION

La politique d’aménagement de Lannion Trégor Agglomération s’est concentrée sur l’aménagement des zones d’activités périphériques qui ont généré une urbanisation diluée et déstructurée.
Les bourgs et les centres villes se sont désertifiés et il en maintenant urgent que nous intervenions pour redonner vie et animation aux centres : amélioration de l’habitat, développement de services de proximité.

Nous sommes opposés à  la création de contournements routiers supplémentaires (la rocade sud par exemple) qui conduirait à la création de nouvelles zones commerciales et à la poursuite d’un modèle qui a atteint son maximum puisqu’il produit des friches.

Nous développerons les transports en commun sur tout le territoire et nous mobiliserons nos investissements pour augmenter la vitesse de transit de la ligne Lannion-Plouaret. Cet investissement est capital pour l’avenir puisqu’il permettra d’accéder à l’ensemble des TGV Paris-Brest.

AXE 3 : UN TRÉGOR ACCUEILLANT ET SOLIDAIRE

Si Lannion Trégor Agglomération s’était focalisée sur le développement économique et l’aménagement, Beg Ar C’hra avait développé des services aux personnes (enfance, jeunesse, personnes âgées, culture…). Ces compétences ont été récupérées par Lannion Trégor Communauté mais uniquement sur l’ancien secteur de Beg ar C’hra.
Il y a donc une disparité de traitement à l’intérieur de l’agglomération mais surtout, l’offre de services à la population est très disparate. Certaines communes ont développé les services à l’enfance, à la jeunesse, les enseignements artistiques… et d’autres pas. Or il nous semble que l’accès à ces services doit être possible pour tous et avec la même modulation des tarifs.
Aujourd’hui, un usager de la médiathèque de Lannion paie 20 € s’il est lannionnais, 35 € s’il est extérieur ; l’inscription à l’École de Musique du Trégor va de 100 € à 1000 € par an pour un lannionnais an selon ses revenus contre plus de 1000 € pour un habitant de LTC. Ceci parce que la ville de Lannion finance ces différences de tarifs.
Nous devons établir un schéma cohérent sur le territoire de Lannion Trégor Communauté pour l’accès aux services, à la culture et au sport.

Des services, il y en a aussi qui sont également répartis sur le territoire, la distribution de l’eau ou le ramassage des ordures ménagères ; mais là aussi à des coûts très différents.
Il faut se donner comme objectif que le coût d’un service soit le même sur tout le territoire. Les modes gestion étant différents, l’harmonisation se fera pas à pas dans le temps : c’est l’équité de traitement qui créera le sentiment d’appartenance à la communauté.
C’est aussi de cette manière que l’échelon communautaire peut limiter les effets de l’austérité dans le Trégor.



Pour que tous ces axes s’articulent de manière satisfaisante, il y a un lien à construire entre les citoyens, les élus et leur nouveau territoire.
Ce lien se fera par le débat : entre élus d’une part, qui a besoin d’être structuré, organisé, rendu plus lisible et plus visible, et le débat entre les élus et la société civile, en l’associant à la construction des projets, par des temps de concertation.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire