Mobilité et transports



Mobilité & transports

1         Le projet, notre volonté

L’organisation des transports urbains* est une compétence de Lannion Trégor Communauté, ce qui justifie que nous nous y intéressions dans ce programme. Mais la mobilité des habitants n’est pas seulement régie par ce système. Elle est bien évidemment orchestrée par des choix et contraintes personnels, mais elle dépend aussi de la manière dont le territoire est organisé et fonctionne. Et c’est donc aussi là que les choix politiques aux échelles communale et intercommunale jouent un rôle important.
Notre volonté est d’améliorer l’accès à la mobilité pour tous, et en particulier pour les jeunes et les anciens pour qui elle peut constituer un obstacle à une vie sociale épanouissante. Nous rechercherons en particulier des solutions pour faciliter les « microtrajets », c’est-à-dire les trajets au sein de la commune qui pourraient s’inscrire dans le cadre d’une politique de lutte contre l’isolement des anciens.

2         Les leviers

L’offre de transport est aujourd’hui relativement développée à l’échelle de l’intercommunalité et des solutions sont proposées pour les personnes à mobilité réduite et sur les territoires non desservis par des lignes de bus régulières. Nos souhaitons inscrire nos propositions dans un contexte de budget sensiblement équivalent et les leviers passent donc par des changements d’organisation, de l’optimisation et de l’innovation.
Voici les leviers que nous envisageons d’actionner :
-          Optimiser l’offre de transport actuelle (transport à la demande, lignes régulières) en essayant de dégager de la marge de manœuvre. Cela passe par :
o   Une recherche permanente de la meilleure adéquation entre offre et demande afin d’optimiser le service (fréquence, horaires et lieux de passage), en développant encore la connaissance des besoins des usagers potentiels (mécanismes de consultation classiques et innovants via les réseaux sociaux) et en optimisant la politique tarifaire (afin d’améliorer les taux de remplissage des véhicules). Le diagnostic de l’offre actuelle fait également apparaitre un manque de flexibilité qui nuit à l’utilisation des services de transport à la demande. Des efforts seront donc à proposer ici ;
o   Une gestion rationnelle de la flotte de véhicules communautaires, ce qui implique une cadence de renouvellement mesurée, l’adaptation de la taille des véhicules à la fréquentation des lignes ou encore la rationalisation des achats (possibilité de groupements de commande – voir aussi cet article http://transports.blog.lemonde.fr/2013/12/16/la-france-ce-pays-ou-les-bus-urbains-coutent-30-plus-cher-quailleurs/) ;
o   Une limitation de l’étalement urbain qui génère des coûts supplémentaire pour le service de transport urbain (ou induit une réduction du niveau de service).
-          Mieux faire connaitre l’offre existante : une partie du service proposé est sous-utilisé par les usagers potentiels par manque de connaissance et/ou de compréhension de son fonctionnement. La communication doit donc être renforcée et la commune, par son action de proximité, a un rôle à jouer auprès de sa population. Au-delà de l’utilisation des moyens de communication devenus classiques (Internet, réseaux sociaux), des réunions d’information ciblées (ex. auprès des parents d’élèves ou de l’EHPAD) voire des visites ou des opérations de démonstration pourront être organisées à destination des personnes à mobilité réduite en partenariat avec Lannion Trégor Communauté.
-          Expérimenter un service communal en complémentarité des services de l’agglomération. Dans le cadre de notre projet visant à dynamiser la vie communale, nous proposons d’expérimenter la mise en place d’un service d’animation de la vie locale à vocation intergénérationnelle. Il pourrait inclure une mission d’accompagnement à la mobilité à destination des personnes qui en ont le plus besoin. Cette mission s’inscrira en complémentarité des autres missions de ce service (mise en place d’animations intergénérationnelles, organisation d’évènements ponctuels, etc.). Elle pourra prendre différentes formes, allant jusqu’au « transport accompagné », qui consiste à assurer une présence auprès de l’usager du début à la fin du déplacement[1].
-          Garantir un aménagement du territoire favorisant la proximité : les besoins en déplacements sont fondamentalement dépendants de l’organisation du territoire. Si les services auxquels souhaitent avoir accès les habitants s’éloignent des habitations, leurs besoins en déplacement s’accroissent et les inégalités face à l’accès aux services également. Nous entendons donc systématiquement faire les choix nécessaire au maintien et au développement de services à proximité des habitants, et donc au maximum dans les bourgs voire à proximité lors de services mutualisés avec les communes voisines. Cela concerne aussi bien les commerces, que les équipements de loisirs, les évènements culturels ou encore les locaux du personnel de santé.
Par ailleurs, la coordination entre les différentes autorités organisatrices de transport (Conseil régional, Conseil général, LTC) est considérée comme un impératif par notre équipe dans une logique d’utilisation optimale des deniers publics. Pour cela, toute action mise en œuvre sera analysée au prisme de l’intermodalité.


 



 [1] Voir des détails par exemple page 64 du rapport ceremh.org/IMG/pdf/etude_gart_seniors.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire